Bar Mitzvah à Lyon

Bar Mitzvah Lyon

Bar Mitzvah Lyon

Bar Mitzvah Lyon – les tefilines    
Bar mitzvah Lyon- la châle de prière talit     

De tous les rituels juifs, l’un des plus célèbres et le plus pratiqué est certainement celui de la bar-mitsva. Tout le monde a déjà participé de près ou de loin à cette grande fête familiale.
Elle donne lieu à des célébrations hors du commun. Pour la famille concernée c’est un grand moment d’émotion qui se prépare très longtemps à l’avance.

Qu’est-ce qu’une Bar Mitzvah?

Bar Mitzvah est une expression araméenne qui signifie littéralement « fils du commandement ». Bar signifie « fils » et Mitzvah, traduit habituellement par « bonne action », signifie « commandement ». Être Bar Mitzvah signifie donc pour les garçons être en âge d’appliquer pleinement les commandements de Dieu.
Un garçon juif devient automatiquement Bar-Mitsva lorsqu’il atteint ses 13 ans, et une fille à l’âge de 12 ans.
Le garçon doit faire ses preuves pour montrer à ses proches, à ses pairs mais aussi à lui-même, qu’il est entré dans l’âge de la maturité religieuse.
Dans les communautés traditionnelles, le jeune Bar Mitzvah commence à célébrer sa majorité à partir de 13 ans et un jour dans le calendrier hébraïque où il portera pour la première fois les téfiline (tous les jours de la semaine sauf le Chabbat), et le Talit. Puis, le lundi ou le jeudi suivant, jours de lecture de la Torah à l’office public, et le samedi matin pour les offices du Chabbat (samedi), il « montera » à la Torah pour en faire sa lecture. Il prononcera aussi un commentaire personnel sur le passage de la Torah qu’il a lu, c’est la derachah.

L’office, en particulier celui du matin du Chabbat, est traditionnellement suivi d’une collation, la Séouda (la prière du matin est, en principe, dite avant le déjeuner). Lorsque la communauté célèbre une Bar Mitzvah, il est d’usage que les parents invitent tous les participants à un buffet qui s’ouvre par la récitation du Kiddouch, prière sur le vin.

La lecture de la Torah n’est pas aisée car le texte hébreu s’écrit sans voyelles. Elle demande donc un travail de mémorisation. De plus, il faut chanter avec les Téamims, notes de musique qui indiquent l’intonation que l’on doit avoir ; ceux-ci non plus ne sont pas écrits, et cela accroît la difficulté de lecture de la parasha.

La cérémonie à la synagogue

Le Chabbat (et à plusieurs autres occasions), la Torah – un parchemin contenant les cinq livres de la Bible – est lue publiquement. La Torah est divisée en 54 portions hebdomadaires, lues selon un cycle annuel, à raison d’une portion par semaine.

La portion hebdomadaire est subdivisée en sept sections. Durant l’office du Chabbat matin, les fidèles sont appelés à la bima (la plate-forme surélevée d’où la Torah est lue) pour réciter les bénédictions spéciales précédant et succédant à chacune des sections. Ce privilège s’appelle en hébreu une « aliya », littéralement, une montée vers la bima.

Le Séfer-Torah est retirée de l’arche sainte, puis portée à la bima. Pendant que le Séfer-Torah circule dans la synagogue, les fidèles se lèvent en signe de respect.

Dans le langage courant, quand les gens disent qu’ils ont « fait leur Bar-Mitsva » cela signifie généralement qu’ils ont reçu une aliya à la Torah

Ce rouleau de la Torah est méticuleusement écrit de la main d’un scribe animé de la crainte de Dieu. Un certain nombre de règles font que la Torah est écrite avec une parfaite précision, maintenant ainsi la chaîne ininterrompue de la tradition depuis son don au Mont Sinaï.

Le Chabbat suivant son 13ème anniversaire, le jeune homme est appelé à la Torah. Son âge est calculé selon sa date de naissance hébraïque. À l’issue de la bénédiction finale, certaines synagogues ont la coutume de bombarder amicalement le jeune garçon de friandises.

Votre photographe de mariage juif à Lyon

En tant que photographe multiculturel j’ai bien évidemment une longue expérience de ce type de cérémonie. Etre juste photographe ne suffit pas, il ne s’agit pas simplement d’une histoire de cadrage et de lumière mais de culture et de respect des cultes. Connaître les cultes et notamment les cérémonies juives me permet d’anticiper et de savoir à quel moment il est propice de faire des photos. Quelles images ont primordiales pour la famille et pour le bar mitzvah. Quelles images il gardera tout au long de sa vie d’adulte et ces images qu’il transmettra à ses enfants.

La cérémonie est très stressante, le photographe ne doit surtout pas la perturber.

Pour que la famille et l’enfant soient rassurés et en confiance le jour j, j’organise systématiquement une rencontre avec l’enfant et ses parents avant le jour de la célébration. Je vois avec eux le déroulement de la journée pour prévoir les moments où je pourrais intervenir avec discrétion et efficacité. J’identifie les personnes clés de l’entourage de l’enfant.

J’aime tout particulièrement les bar et bat mitzvah lorsque le jeune porte le Séfer et défile dans la synagogue. Ces moment sont clés, ils traduisent tellement d’émotions qu’il est crucial pour moi de bien saisir chaque émotions sur les visages comme l’émotion du papa, la fierté de la maman.

Chacune des cérémonies sont uniques car votre enfant et votre familles sont uniques. Ainsi je vous propose le meilleur des services en tant que photographe de bar bat mitzvah à Lyon.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *